Optimum Gestion de Placements a développé un modèle quantitatif, basé sur différentes variables économiques et financières nord-américaines, permettant d'identifier quelle classe d'actifs, des obligations ou des actions, les gestionnaires devraient surpondérer. Selon la conviction des indicateurs, le modèle suggère jusqu'à 4 niveaux de surpondération.

Malgré le poids important de ce modèle dans les décisions de placement, la décision finale de surpondérer ou sous-pondérer revient au Comité d'allocation d'actifs qui se réunit mensuellement. La décision du comité ne va jamais en sens inverse du modèle mais vient plutôt ajouter une note de prudence. Le comité, par exemple, peut réduire le niveau de surpondération d'une classe d'actifs.